Connexion



Institutionnel
L'informatique au coeur des métiers PDF Imprimer Envoyer

 Interview du responsable du Campus Numérique de l'Institut des Techniques et Sciences de l'Enseignement situé à Yaoundé, Azambou Gaiel


 

Azambou Gaiel campus numérique ITSE 

Aulycee : Quel est votre rôle au sein du collège ITSE ?

 

Azambou GaÏel : Je suis responsable du campus numérique, une dénomination que nous avons voulue donner à la salle informatique. La raison est que nous avons tout un réseau informatique qui gère les activités quotidiennes des élèves et des enseignants. Moi en tant que enseignant, je coordonne toutes es taches. Nous avons deux salles informatiques et nous sommes entrain d’acquérir une troisième. La première est une salle machine destinée à accueillir les élèves et les enseignants pour les cours pratiques non pas seulement en informatique mais dans diverses matières.

 

Le collège ITSE est à deux volets d’abord spécialisée pour l’enseignement général et aussi pour l’enseignement technique commercial. La deuxième est une salle de simulation qui permet aux enseignants de toutes les matières de pouvoir dispenser les cours en rétroprojection. Nous avons 2 vidéoprojecteurs : un avec un Hofer et une unité centrale qui va permettre de projeter les cours et des documentaires en informatique, en histoire, en géographie, en SVT etc. En tant que responsable, je dois préparer les salles avant les séances de cours car tout le monde n’est pas informaticien en matière d’informatique. Les enseignants ont besoin de conseils pour savoir comment exploiter au mieux les outils de notre campus.

 

 

Aulycee : quel est le niveau du campus numérique ?

 

Azambou GaÏel : Actuellement nous avons 20 ordinateurs (pc) qui servent de formation permanente et un autre qui permet aux enseignants de projeter leurs cours. Je juge ce nombre suffisant pour gérer les cours parce que la moyenne en salle de classe est de 20 élèves. Nous avons mis l’accent ici sur le nombre d’élèves par salle. On n’excède pas 25 élèves par classe, c’est la limite à ne pas déborder pour mettre l’accent sur la pratique et sur les enseignements dispensés.

 

 

Aulycee : Quels sont les logiciels sur lesquels vous travaillez ?

 

Azambou GaÏel : Les logiciels sont axés sur plusieurs niveaux : bureautique, Microsoft office avec les applications Word, Excel, Powerpoint, Outlook, Access pour l’enseignement technique. Nous avons Photoshop pour initier nos élèves en infographie. Pour ceux de l’enseignement général nous avons Notepad++, Bloc note pour leur donner des notions assez pratiques pour la conception des sites web. Du côté de l’enseignement technique, nous avons ajouté un supplément d’application dénommé Grandproject pour nos futurs gestionnaires qui ont besoin de notions pratiques pour gérer les projets divers.

 

Aulycee : quel est le taux de connectivité à Internet ?

 

 

Azambou GaÏel : c’est un peu abstrait d’en parler car pour les besoins de discipline, nous avons internet mais les élèves ont accès à Internet pendant les deux pauses. Exceptionnellement des élèves en permanence ou dont le professeur est empêché peuvent avoir accès à Internet pour des recherches. Ils doivent juste remplir une fiche et l’accès est gratuit. Le nombre d’heures de connexion par élève devient donc difficile à évaluer et dépend de la disponibilité.

 

Aulycee : quel est le débit de la connexion internet ?

 

Azambou Gaïel : C’est une connexion moyen débit 512 par 256 Ko. Par rapport à l’utilisabilité ce n’est pas nécessaire pour nous d’aller jusqu’au haut débit. L’accès est aussi gratuit pour les enseignants qui utilisent Internet surtout avec les programmes qui changent tels que le cours de sciences de technologie en classe de 3ème qui est entré en vigueur en classe de 6ème . Internet permet aux enseignants de mettre à jour leurs cours et de pouvoir les dispenser assez facilement.

 

Aulycee : comment se positionne le collège ITSE par rapport aux TIC ?

 

Azambou Gaïel : Sur notre logo nous avons un enseignant avec des élèves et un ordinateur. Nous mettons un accent sur les TIC car nous savons que l’informatique intervient dans plusieurs domaines. Nous voulons dès le bas âge aguerrir ces enfants-là et les suivre peu à peu de manière pratique pour qu’ils puissent appréhender cela. Nous avons une plateforme numérique qui nous permet de recenser divers cours de toutes les matières et de toutes les salles de classe. Les enfants peuvent ainsi suivre leur cours sur ordinateur. Nous appelons cela la formation assistée par ordinateur (CAO).

 

Ce portail permet de mettre à la disposition des élèves certains cours numériques et documentaires. L’élève a son compte personnalisé qui donne accès aux recueils mis à disposition par les élèves. Dans cette logique, l’élève s’habitue facilement à l’utilisation de l’outil informatique pour faire ses révisions en histoire, philosophie, EPS etc. Dès qu’un élève est inscrit au collège ITSE, il y a automatiquement l’accès à cette salle et l’accès à ses cours. Nous avons un compte identique par classe qui donne aux élèves un accès sécurisé à leurs cours. Le portail ne donne pas accès au cours de divers niveaux mais il dirige les élèves d’une classe sur leurs programmes validés par un animateur pédagogique qui est aussi chef de département.

 

 

logo ITSE

 

 Sur le logo du collège, un ordinateur

 

Aulycee : estimez-vous votre parcours en cohérence avec votre profession ?

 

Azambou Gaïel : Très en cohérence. Je suis ingénieur informatique diplômé de l’IAI Cameroun. Certes je suis responsable du campus numérique et professeur d’informatique. En gérant les enseignements, les programmes d’informatique de l’enseignement secondaire cadrent avec ce que nous avons pu acquérir comme informations à l’école. Ce domaine qui est assez évolutif aujourd’hui nous impose une mise à jour perpétuelle. Je prends le cas des élèves de 1ère en Tel qui conçoivent déjà des sites statiques. Ils parviennent déjà à savoir ce que c’est qu’un compte, comment est-ce qu’on crée un formulaire, ce que c’est le JavaScript, le PHP, le html, le CSS. Des notions que nous apprenons lorsque nous sommes en école de formation. Tout cadre avec mon parcours. En tant qu’enseignant je dirai qu’il faut avoir cette faculté de pouvoir transmettre dans un langage facile et compréhensible par les jeunes.

 

Aulycee :  pourquoi enseignez-vous l’informatique ?

 

Azambou Gaïel : Dès ma sortie de l’école, j’ai immédiatement pensé à enseigner parce que c’est mon domaine. Le campus numérique est comme une cellule à part dans l’établissement et il fonctionne comme une entreprise. Nous avons cette ouverture aux autres, aux entreprises et tous ceux qui aimeraient se former à travers des formations CISCO, des formations personnalisés, des séminaires etc. Avec cette formation en réseau informatique, je suis en même temps administrateur du réseau au-delà du volet assez capital qui est l’enseignement.

 

Aulycee : quelle est votre méthodologie ?

 

Azambou Gaïel : c’est vrai que dispenser les cours de la 6ème en Tle force une approche différente. En tant que chef de département informatique, je promulgue auprès de mes collègues enseignants une approche assez modérée au 1er cycle de 6ème en 3ème. Il ne faut pas adopter des termes techniques. Il faut les amener avec des termes légers et faciles à comprendre. Dès le 2nd cycle de la 2nde en Tle l’approche est orientée profession et métier. En salle nous avons toujours et pour toutes les filières et niveaux des cours théoriques et des cours pratiques tel que l’exige d’ailleurs les programmes venus du ministère de l’enseignement secondaire. La coïncidence est que notre principal est un inspecteur pédagogique qui veille à la lettre à ce que tous les programmes soient respectés. C’est justement ce que nous faisons au quotidien.

 

Aulycee : quelle est votre vision de l’enseignement de l’informatique au Cameroun ?

 

Azambou Gaïel : c’est déjà très bien de pouvoir l’introduire dans les programmes, mais il faudrait voir quelle approche adapter. Avec notre approche, les élèves fascinés dès le début par la discipline et aimeraient devenir informaticien. Nous leur disons que l’informatique intervient dans tous les domaines et qu’ils peuvent s’en servir pour exceller en médecine par exemple.

 

Ma vision, ce que j’aimerais que nous puissions réaliser en tant qu’informaticiens, c’est de nous battre pour que le Ministère de l’enseignement secondaire inclut la matière la matière informatique dans tous les examens officiels notamment BEPC, et Probatoire. C’est nécessaire car ce n’est qu’en Tle qu’on évalue en informatique. De la 6ème en 1ère les élèves la considèrent comme une matière facultative. Or ils existent des clubs informatiques dans la majorité des établissements. Il y a de l’affluence dans ces clubs mais les élèves ont besoin qu’on leur impose un certain rythme. Ce que je déplore c’est que certains des établissements ne s’attèlent pas à mettre en pratique les enseignements en informatique.

 

Quand nous recrutons de nouveaux élèves, on est contraint de faire un retour en arrière. Dans la formation de nos élèves entrés en classe de 6ème, on mesure vite l’évolution et on observe qu’ils font déjà de grandes choses. En 2nde ils manipulent assez aisément l’outil informatique contrairement à un nouveau dans la même classe qui n’a jamais été en salle informatique et ne maîtrisent pas les outils. Le décalage est flagrant et c’est un peu désolant. Nous sommes entrain de vouloir devenir un pays émergent en 2035, je crois qu’on ferait mieux de mettre un accent sur l’outil informatique.

 

Aulycee : que faites-vous de ces élèves en retard sur les TIC ?

 

Azambou Gaïel : les cours de mise à niveau sont organisés avant la rentrée scolaire. C’est dire que nous prenons la peine de recruter un peu tôt les élèves. Ici notre particularité est que nous préparons les élèves depuis le CM2. Nous avons un cours préparation au CEPE assisté par ordinateur. Il est adressé aux élèves du CM2 qui aimeraient aller en 6ème dans notre établissement, nous leur préparons des cours gratuits à partir du second trimestre en janvier et les cours se font généralement le samedi. Ils suivent exactement les mêmes programmes en classe de CM2 mais en utilisant l’ordinateur.

 

On s’est rendu compte qu’avec le jeune enfant, la pratique procède avec des petits jeux qui leur permettent de mieux comprendre les opérations mathématiques et autres exercices. Les cours de mise à niveau sont également ouverts avant la rentrée aux élèves de 6ème et de 5ème qui aimeraient intégrer ITSE.

 

Aulycee : quels sont vos projets en cours ?

 

Azambou Gaïel : le collège ITSE est une vitrine de l’informatique dans Yaoundé VI. Nous ambitionnons de pouvoir monter un site internet ITSE. Ce sera un site Internet particulier. Nous allons permettre à nos élèves du second cycle de pouvoir concevoir ce site. Ensuite notre but est de mener des missions en entreprises, des journées d’excursions pour leur permettre de comprendre la réalité du fonctionnement d’un système informatique en entreprise. A cela s’ajoute la signature des partenariats avec les universités canadiennes, l’université des Montagnes (UDM).

 

Sur le plan personnel l’ingénieur informatique que je suis se met à jour pour pouvoir dire son mot là où il faut. L’informatique évolue toujours, nous avons des projets de remise à niveau avec plusieurs prestataires. Le domaine informatique est dense : je fais dans la conception de sites web, l’installation réseau, la mise à niveau des sites web, la maintenance informatique, l’e-consulting l’infographie etc. autant de projets dans lesquels nous nous orientons pour ne pas s’arrêter là.

 

Aulycee : des perspectives d’avenir ?

 

Azambou Gaïel : vous avez là une belle initiative avec votre portail Aulycee.net. On va pouvoir s’interconnecter avec d’autres établissements secondaires. C’est déjà le cas avec d’autres établissements supérieurs. L’éducation a besoin de ce type d’initiative pour qu’on puisse aller au bas niveau savoir comment ça se passe, pour savoir comment relever le niveau et comment suivre les activités de la jeunesse camerounaise aujourd’hui.

 

Avoir des projets futurs, ce n’est pas seulement avec les étudiants, mais c’est dès la base. Voilà pourquoi, je tiens à vous féliciter et vous encourager en vous disant que les portes du campus numérique du collège ITSE vous seront toujours ouvertes, pour vos questions, vos visites et vos besoins en formation.

 

Propos recueillis par Amelie Laure KEMOUO

 

 

Mise à jour le Vendredi, 21 Février 2014 15:20