News
La reforme du Collège Privé Jean Jaurès PDF Imprimer Envoyer

La reforme du Collège Privé Jean Jaurès

 

"A chaque élève nous allons donner un tuteur-enseignant pour connaitre et trouver des solutions aux problèmes des élèves. Les informations d’ordre privé resteront entre l'élève et son tuteur. Le suivi et l’encadrement pédagogique sont liés à ce que l’enfant vit à l'école. C’est le tutorat que nous voulons développer à l’école". Suite de l'interview du principal du Collège Privé Jean Jaurès, Metang Victor.

 

Aulycee: Les parents sont-ils au courant de cette réforme ?

 

Metang Victor: Une discussion autour de cette réforme a déjà eu lieu avec les parents dans le cadre de leur association. Cette réforme comprend des points tels que le service gratuit. Par exemple nous terminons les cours à 15 h 45. Un enseignant peut prendre certains élèves de 16 h à 17 h. Ce sont des heures consacrées pour donner des conseils sur des problèmes pédagogiques et disciplinaires. A cela s'ajouteront des petits cours de répétitions.

 

 Metang Victor Principal Jean Jaurès

 Le principal du Collège Privé Jean Jaurès

 

Nous parlons d'’innovation dans les enseignements avec des vidéoprojecteurs dès la rentrée 2014-2015. Un autre point de cette réforme porte sur l’adaptation à l’évolution des métiers. Ceci concerne la détection des talents lors des journées portes ouvertes et des débats, pendant lesquels nous encourageons les enfants à s'exprimer et à réaliser des œuvres techniques, à cuisiner des mets etc. A partir de là, nous invitons les parents à discuter de la meilleure orientation possible. On se questionne si tel enfant va aller en faculté ou dans une formation professionnelle en restauration, en électricité ou en maçonnerie par exemple.

 

Certains ont le don d’expliquer à leurs camarades au tableau, et on peut se demander s’ils seront enseignants ou pas. L’école des métiers que nous mettons sur place porte sur le conseil et l’orientation. Nous avons eu une filière technique que nous comptons relancé prochainement.

 

"Il faut après le Bac, dire assez tôt aux jeunes ce qu’ils sont capables de faire".

 

Dans notre réforme nous parlons de la maitrise des enjeux environnementaux. Il existe un fossé numérique et technologique entre les élèves de différentes classes sociales. Tous les parents n’ont pas le téléphone, l’Internet, la télévision à la maison. Nous tenons compte de cet écart. Chaque enfant n’a pas le pain pour le petit déjeuner le matin avant d’aller à l’école, nous tenons aussi compte de ça pour les éduquer.

 

L’environnement proprement dit s’apprend dans le Club Environnement et Santé. Nous sensibilisons nos enfants à utiliser des plastiques biodégradables ou à les emballer pour les remettre aux entreprises spécialisées dans le recyclage des déchets. On leur apprend comment garder leur environnement propre à la maison.

 

College Polyvalent Jean Jaurès

Le Collège Privé Jean Jaurès, situé au quartier Simbock à Yaoundé

 

Par ailleurs notre réforme porte sur la lutte contre les violences. Celles-ci concernent notamment les violences sexuelles en milieu scolaire. Lors de nos journées nous avons des causeries éducatives et des débats. Par exemple nous disons à nos jeunes filles, que ce sont elles qui donnent parfois la possibilité à un garçon de les toucher. Si une fille ne donne pas cette possibilité, il ne va pas arriver jusqu’à un niveau.

 

 "L’éducation sexuelle doit être à la base, pour dire comment les filles et les garçons peuvent cohabiter ensemble sans violence."

 

Il s’agit de la façon dont la fille se comporte avec un garçon. Pour éviter cette violence, il faut comprendre que l’éducation de la fille est différente de celle du garçon. Au niveau même de la vie sexuelle, celle de l’homme est différente de celle de la femme. Par exemple, une jeune fille de 12-13 ans doit déjà voir ses menstrues, mais un garçon ne sait pas ce que c’est.

Nous leur enseignons comment se comporter dans ce cas, si un jeune garçon voit une tâche derrière la tenue de sa camarade fille, il ne doit pas se moquer d’elle, et propager l’information autour de ses amis. C’est à partir de ces situations qui ont l’air de rien, que part souvent la violence.

 

Nous travaillons beaucoup avec des conseillers d’orientation et des chefs d’entreprises. Nous les invitons et ils viennent expliquer aux élèves leurs domaines d’interventions, et les facilités d’accès au monde professionnel par des stages.

 

La lutte contre les sorties sans diplôme, un point important dans notre réforme, touche la préparation aux examens officiels. Pour nous un enfant ne doit pas sortir bredouille de notre collège. S’il prépare un examen, il doit l’avoir et surtout mériter son diplôme.

 

"La Journée des Lauréats" a été initiée par le Collège Privée Jean Jaurès à chaque rentrée de septembre".

 

Redoubler une classe n’est pas un échec. Au contraire, on a l’occasion de reprendre son niveau et de consolider ses connaissances. Plus tard dans la vie professionnelle, on constate q'un enfant qui redouble et qui se remet au travail, va mieux s’en sortir, car il a eu de l’expérience. Nous avons des cas très rares, où l’enfant va au-delà des deux ans autorisés par classe.

 

Le contenu de la réforme orientée sur la personnalisation

 

"L’établissement Jean Jaurès est responsable au niveau du suivi des élèves, du caractère et du comportement, et au niveau du dévouement de son personnel enseignant. Chaque enseignant chez nous doit tout donner dans sa matière, de la maternelle au secondaire. La formation doit s’organiser à garantir plus d’équité et de justice entre les élèves en particulier grâce au service gratuit, complémentaire à l’offre éducative traditionnelle.

 

College Polyvalent Jean Jaurès 4 classe de 6ème

Une classe de 6ème du Collège Privé Jean Jaurès

 

Avec l’extension de l’aide personnalisée que nous développons déjà, elle se mobilise pour apporter une aide plus efficace à tous les élèves. Les reformes engagées visent à donner au maître et au professeur, les moyens de faire réussir, comme ils en ont la volonté, les élèves dont ils ont la charge. Cette réussite repose sur l’engagement des enseignants et de tout le personnel qui concourent au rayonnement du Collège Privé Jean Jaurès. Elle repose également sur le travail quotidien, et le rôle moteur du principal, du directeur et des professeurs principaux.

 

Pour satisfaire ses ambitions, le complexe Jean Jaurès s'efforcera de répondre aux enjeux de la société en adoptant les enseignements aux évolutions des métiers, en améliorant la pratique des langues étrangères, en intégrant les avancées des nouvelles technologiques et en prenant en compte les enjeux environnementaux. Les mutations sociales entrainent de nouveaux risques - violences, discriminations, risques sanitaires - contre lesquels l’école doit protéger les élèves. Elle a aussi le devoir de leur transmettre les valeurs du patriotisme.

 

La rénovation de la voie professionnelle traduit la volonté du complexe d’orienter les enseignants vers les évolutions des qualifications attendues dans le monde du travail. Il s’agit d’offrir aux élèves des parcours de pleine réussite et d’excellence La réforme doit être mise dans tous les aspects et dans toutes les classes, sous un œil averti des professeurs principaux et des maîtres de classes.

 

 College Polyvalent Jean Jaurès 3

 L'espace de détente,de lecture pendant les pauses et les heures

 libres

 

Nous allons lutter contre les sorties sans diplôme et cela sera renforcer par le suivi personnalisé des élèves. Cette lutte sera mobilisée surtout au profit des élèves rencontrant des difficultés, de ceux qui souhaitent profiter pleinement de ce programme et aussi de ceux qui veulent poursuivre des études supérieures. Nous allons innover en mettant sur pied la voie professionnelle par l’orientation scolaire et nous offrons toute une gamme de diplôme allant du CEPE au Baccalauréat.

 

Notre ambition est de favoriser la fluidité et la personnalisation des jeunes en formations sous statut scolaire, et de faciliter la poursuite des études notamment vers l’enseignement supérieur. La complexe doit s’attacher à aider et suivre l’insertion professionnelle des stagiaires.

 

A l ‘heure de l’ouverture africaine internationale, la maitrise des langues vivantes, en particulier la maitrise de leurs pratiques orales fait désormais des compétences indispensables en référence au cadre africain commun de référence pour les langues La multiplication des classe de 6èùe bilingue poursuit l’effort engagé en permettent ‘apporter une seconde vivante dès l’entrée au collège. Dans ce cadre l’objectif de développer l’apprentissage de l’Allemand et de l’Espagnol doit demeurer prioritaire.

 

Le complexe Jean Jaurès forme à coup sûr des citoyens pour le Cameroun de demain, et des enfants qui seront des exemples. Comme l’a dit le Président de la République, nous aurons des jeunes Camerounais exemplaires pour une République exemplaire."

 

propos recueillis par Amelie Laure Kemouo

Mise à jour le Mercredi, 26 Mars 2014 12:17
 
25% de réduction sur la pension PDF Imprimer Envoyer

25% de réduction pour les familles nombreuses, le collège privé Jean Jaurès passe en mode vidéoprojections dès la rentrée prochaine. Le cycle secondaire sera désormais bilingue. Interview du principal, Metang Victor.

 

Aulycee : Quel est le projet éducatif du Collège Privé Jean Jaurès ?

 

Metang Victor: Le projet éducatif est centré sur trois axes : la réussite des élèves, la promotion de la réussite dans la vie professionnelle, la discipline. De nos jours, si la formation d'un élève n’est pas liée à son insertion et à sa réussite professionnelles, ça ne sert à rien de le former.

 

Metang Victor Principal Jean Jaurès

 

Aulycee : Quelle est l’idée de départ à la base de la création de votre établissement ?

 

Metang Victor: Elle vient d’abord du couple fondateur, M. et Mme Sime, soucieux de l’éducation des jeunes Camerounais. En 2002, ils ont acheté un terrain chez le chef Onambele, notable et autochtone du village Simbokc Bloc II. Ce patriarche pionnier lui-même de l’éducation, a vu l’arrivée du couple Sime comme une bénédiction du Seigneur pour son village. C’est pourquoi il leur a vendu ce terrain de 2000 m2 où nous avons implanté le complexe scolaire Jean Jaurès.

 

Le collège est situé au quartier Simbock dans l’arrondissement de Yaoundé VI après la paroisse Saint Achille et la maison des Sœurs Marie Immatriculée. Nous sommes un grand complexe qui comprend la maternelle, le primaire et un groupe secondaire. Le cycle maternel et primaire est bilingue et dirigé par un directeur compétent et responsable. Le complexe compte autour de 700 élèves pour une capacité de 50 enseignants.

 

Aulycee : Qu’est ce qui fait la particularité de votre établissement ?

 

Metang Victor: Nous sommes d’abord bien lotis, le complexe est bien situé sur une plaine, donc l’arrivée au collège est facile, puisque la route est goudronnée. Nos enseignants sont dévoués et compétents. Nous sommes dans une enceinte élevée et sécuritaire. Les trois cycles maternelle, primaire et secondaire sont séparés pour ne pas mélanger les enfants de différents niveaux.

 

Ce qui plait aux parents c’est le suivi pédagogique et l’itinéraire des enfants. C’est pourquoi nous faisons des évaluations un outil pédagogique à ne pas négliger. Ils sont de plus en plus nombreux à venir vers nous. Les parents peuvent payer sous forme de moratoire les frais de scolarité, pour ceux qui n’ont pas assez de moyens. Les parents qui inscrivent plusieurs enfants bénéficient d’une réduction de près de 25% de la pension. Nous comprenons bien les parents avec des cas sociaux.

 

Nous sommes le tout premier établissement du village Simbock. Nous sommes arrivés quand la ville n’était pas encore installée, ceci fait qu’on nous a bien accueilli, comme une étoile filante qui venait éclairée le village en terme d’infrastructure scolaire. L’inscription est de 20 000 FCFA avec tout frais confondus : l'APE, les rames de papiers, les papiers hygiéniques pour nos toilettes modernes, les frais d’informatique.

 

La pension au niveau de la 6ème en 3ème s’élève à 65 000 FCFA, au niveau de la seconde en Terminale, elle est de 80 000 FCFA. Au cycle maternel l’inscription s’élève à 21 500 FCFA, et la pension à 60 000 FCFA ce qui fait un total de 81 500 FCFA. Au cycle primaire anglophone et francophone, la pension s’élève à 50 000 FCFA avec des frais d’inscription à 9000 FCFA, au total 59 000 FCFA.

 

Dès la rentrée prochaine nous allons créer une section anglophone en plus de la section francophone au cycle secondaire. Nous avons beaucoup d’estime pour le français Jean Jaurès qui a beaucoup œuvré au niveau pédagogique.

 

College Polyvalent Jean Jaurès 2

Espaces verts, lieu de détente pour les élèves dans la cour spacieuse

du CPJJ

 

Aulycee : Que proposez-vous d’innovant cette année dans vos enseignements ?

 

Metang Victor: Nous avons voulu faire de l’évaluation scolaire un véritable outil pédagogique. Elle participe pleinement à la construction de l’image de soi à l’adolescence. Elle doit permettre pour le jeune de dégager des axes de développement, et non d'arrêter une vision fixe et sans lendemain. L’évaluation sera un élément important du parcours de formation et sera travaillée sous différentes formes, notamment l’autoévaluation, et l’évaluation par un enseignant autre que le professeur de la classe.

 

Les évaluations seront classées en perspectives, l’accent étant mis sur les progrès accomplis et la valoration des efforts, qui ont permis d’obtenir les résultats. Il est essentiel que les objectifs d’enseignement et les attentes vis-à-vis des élèves soit clairement énoncés au début de l’année. Ce que nous avons déjà fait. On parcourt activité par activité pour arriver à définir les compétences que doivent développer les élèves ,qui parfois peuvent être transférables.

 

Pour nous l’évaluation doit valider des compétences et non sanctionner un niveau. L’élève doit être conscient du parcours qu’il a effectué et de ce qu’il lui reste à accomplir. Il doit pouvoir s’auto-évaluer et identifier les compétences acquises, non acquises et en cours d’acquisition. Nous organisons en début d’année, pour aider les élèves, des évaluations collectives non notées et des bilans de compétences individualisés, à partir desquels ils arrêtent un projet avec les parents et des référents adultes ou tuteurs.

 

Nous allons mettre en place des techniques de travail collaboratif avec les parents. A ce sujet nous avons créé un site web www.cfdjjcm.com dans lequel nous avons déjà placé le planning des activités du complexe Jean Jaurès. Bientôt nous allons publier les bulletins de notes en ligne pour faciliter l’accès des parents aux résultats de leurs enfants. Nous allons également mettre en ligne les convocations, ainsi ils n’auront plus besoin de venir sur place à l’école les récupérer.

 

Nous comptons rendre plus d’informations disponibles en ligne dès l’année prochaine, tout en respectant la confidentialité des dossiers des élèves. Le site est ouvert au grand public mais pour accéder à des informations sur un élève chaque parent aura un code.

 

College Polyvalent Jean Jaurès 3

Le Collège Privé Jean Jaurès

 

Dans le même esprit de collaboration avec les parents, nous allons réaliser des cahiers de correspondances, en plus du site web, surtout pour les parents qui n’ont pas Internet. En plus nous utiliserons le téléphone pour les joindre à chaque fois qu’un enfant aura un problème. Il est vrai que cela a un coût, mais nous ferons des efforts pour mettre sur pied une communication facile avec les parents. La réussite de l’élève est un partenariat entre trois personnes : l’élève qui est acteur de sa réussite, l’enseignant et le parent.

 

Aulycee : Avez-vous des infrastructures scolaires particulières ?

 

Metang Victor: Le groupe secondaire a un total de 18 classes. Chaque classe peut prendre au maximum 60 élèves. Nous avons une salle multimédia, une salle des professeurs, 12 toilettes modernes dont trois pour enseignants et le reste pour les élèves. Nous avons également 8 bureaux, une salle de sport et un magasin.

 

Aulycee : Quel est le niveau de votre salle multimédia ?

 

Metang Victor: Nous avons un total de 60 ordinateurs. Nous avons l’Internet en permanence avec un débit très rapide. Chaque élève chez nous a déjà créer un e-mail. Les élèves vont en salle avec leur enseignant d’informatique pour les cours pratiques. Notre politique c’est un élève, un ordinateur. Pendant les cours, chaque enfant est devant son ordinateur.

 

En classe de 6ème ils ont 2 h par semaine dont 1 h de théorie et 1h de pratique jusqu’en 3ème. En Seconde, ils ont aussi les mêmes horaires. En Première et Terminale, compte tenue de leur emploi de temps, ils ont juste 30 minutes de théorie et 1 h de pratique. En dehors des heures de cours, sauf quelques élèves qui se demarquent dans la discipline par leur niveau de travail, peuvent venir travailler même le dimanche.

 

Nous avons plus de 1500 livres dans notre bibliothèque dont 500 livres au programme. La salle de sport est une salle de gymnase, nous avons un grand stade pour les autres sports. L’extension se fera en cas de nécessité, pour le moment l’enceinte est très spacieuse, tout est presque construit et fini.

 

College Polyvalent Jean Jaurès 4 classe de 6ème

Une salle de cours du CPJJ

 

Aulycee : Quelles sont vos actions pour promouvoir l’excellence ?

 

Metang Victor: Nous allons faire des cours avec des vidéoprojecteurs dès la rentrée prochaine. Nous organisons de débats d’actualité par exemple sur les guerres dans les pays du Maghreb, le Printemps arabe, sur le Cinquantenaire ou le multipartisme au Cameroun. Nous travaillons avec des élèves, on fait des vidéo projections pour qu’ils comprennent mieux. Nous avons organisé le 15 septembre 2013 la Journée des Lauréats pour primer les meilleurs élèves qui ont eu au moins un tableau d’honneur. Nous leur donnons des Bics, des cahiers, des rames de papier sous format A4, des calculatrices, des boîtes académiques et des enveloppes d’argent. Nous faisons des réductions sur leurs pensions pour les années futures.

 

Aulycee : Comment organisez-vous les conférences et les débats ?

 

Metang Victor: Nous avons eu une grande conférence pendant la semaine du Sida avec nos élèves et des invités notamment des médecins spécialistes (Sida, paludisme, cardiologie et infections pulmonaires).

 

Aulycee : Quels sont vos partenariats à l’échelle nationale et internationale ?

 

Metang Victor: Nous avons construit des partenariats avec les universités privées. Elles viennent renseigner nos élèves sur ce qu’ils doivent faire après le Bac. Dès la classe de Première nous organisons des réunions avec des administrateurs de ces écoles, pour venir expliquer comment faire le choix des filières après le Bac, et parler de la vie post Bac. Nous collaborons régulièrement avec les lycées Jean Jaurès de France, et des responsables du secteur de l’éducation pour essayer d’améliorer notre travail ici.

 

Aulycee : Quels sont vos projets d’avenirs ?

 

Metang Victor:Tout d’abord faire réussir nos enfants aux examens officiels, les faire passer en classe supérieure avec au moins 11 de moyenne.

 

College Polyvalent Jean Jaurès

Cette allée mène aux bureaux administratifs du CPJJ et une partie des

salles de cours du collège

 

Aulycee : Quelles sont vos relations avec les autres établissements scolaires ?

 

Metang Victor: Nous organisons souvent des concours au niveau du sous bassin de Yaoundé VI pour préparer des examens officiels, nous faisons des matchs inter collèges et lycées, nous les invitons souvent aux concours de danses lors des kermesses. Au niveau des Travaux Dirigés qui se passent les samedis, nous invitons souvent les enseignants à venir montrer leur savoir-faire.

 

Aulycee : Qu’est ce qui fait vivre les clubs ?

 

Metang Victor: Au niveau du collège, les clubs vivent à travers la coopérative scolaire : club Mathématiques, Santé et Environnement, Physique et Chimie etc. Nous encourageons la création d’activités associatives entre les élèves et au sein de l’établissement.

 

Aulycee : Quels sont les pourcentages de réussite 2013 aux examens officiels ?

 

Metang Victor: Nous avons battu le record au BEPC 90%, au Probatoire 75% et au Baccalauréat 78, 80%, toutes les filières confondues. Nous avons des enseignants très responsables malgré quelques cas d’indiscipline de la part des élèves. Au secondaire nous avons 30 enseignants dont 21 hommes et 9 femmes. Au Primaire nous avons 20 enseignants c'est-à-dire 4 hommes et 16 femmes. La collaboration entre les enseignants est franche et avec les élèves il n’y a pas de problèmes majeurs, sauf d’ordre pédagogique.


Propos recueillis par Amelie Laure Kemouo

Mise à jour le Mardi, 25 Mars 2014 13:38
 
Enseignement Technique et général, les anciens élèves sont privilégiés PDF Imprimer Envoyer

Enseignement technique et général, les anciens élèves sont privilégiés

 

Le Collège Sigmund Freud forme en Electricité, Maçonnerie, Mécanique, Industrie d’Habillement, Economie Sociale et Familiale de la 1ère en 4ème année, des généralistes en sciences et lettres de la 6ème en Terminale. Interview du préfet des études du COSIF, situé à Mendong, M. Blaina.

 

 COSIF

 

Aulycee : Quelle est l’idée de départ à la création du Collège Sigmund Freud ?

 

Blaina : L’objectif de départ du couple fondateur, M et Mme Ngogang, était de promouvoir l’enseignement, d’éduquer et de former à faible coût. Le Collège Sigmund Freud est l’un des établissements à offrir des formations à bas prix, afin que les populations environnantes ne manquent plus d’établissements pour scolariser leurs enfants.

 

Le parent qui ne scolarise pas son enfant doit s’en prendre à lui-même, parce que les modalités de paiement des frais sont favorables et négociables avec les parents. Ils peuvent venir avec un calendrier de paiement à respecter en commun accord. Si le parent respecte ses engagements, l’enfant finira son année chez nous sans problème.

 

Frais de scolarité au COSIF : 6ème, 5ème, 4ème 50 000 FCFA, 3ème 55 000 FCFA et tout le second cycle 65000 FCFA.

 

Aulycee : Quels sont les grands axes de ce projet éducatif ?

 

Blaina : Nous nous orientons dans la formation et l’éducation. Nous voulons éviter l’oisiveté chez les jeunes qui sont entraînés dans les quartiers à faire beaucoup de mauvaises choses. Le fondateur a été marqué par Sigmund Freud dans ses approches philosophiques. Il a été pour lui un modèle et un guide, à travers ses pensées il a réussi à réaliser des projets dans sa vie. Il a voulu immortaliser ce nom en baptisant son collège par le nom de ce psychanalyste.

 

Aulycee : Qu’est ce qui fait qu’un parent décide d’inscrire son enfant dans votre collège ?

 

Blaina : Il y a d’abord l’accessibilité de la scolarité qui est favorable. Ensuite nous avons l’enseignement de qualité. Chaque année nous avons de très bons résultats au BEPC, au Probatoire et au Baccalauréat. Les meilleurs résultats sont au BEPC, car nous insistons assez à ce niveau. Les élèves, encore petits dans ces classes, sont très éveillés et font de bonnes performances. Par ailleurs nous offrons l’enseignement technique depuis 4 ans en plus de l’enseignement général qui date de la création il y a 13 ans. Nos filières évoluent en fonction des besoins des parents.

 

Nous avons une salle informatique et nous avons misé sur la discipline. Les enfants qui viennent d’ailleurs sont déjà plus disciplinés une fois arrivés chez nous. Dans nos appels d’offres, nous trions les meilleurs enseignants engagés et qualifiés. Ils ne viennent pas nécessairement de l’Ecole Normale Supérieure, car nous détectons ceux qui ont la vocation. Nos élèves estiment avoir de très bons enseignants par rapport à ce qu’ils ont reçus comme cours ailleurs.

 

Aulycee : Quelles infrastructures offrez-vous à vos élèves ?

 

Blaina : Nous avons une salle d’atelier. Une bibliothèque bien fournie de près de 500 livres, chaque année des éditeurs nous offrent des livres et depuis janvier nous avons eu plusieurs entrées. Nous avons un parc de 85 ordinateurs, l’objectif c’est d’atteindre 100 de manière à avoir deux salles informatiques. Nous avons trois clés Internet dont je dispose de deux, et le surveillant en a une.

 

Lorsqu’ils ont cours les élèves se placent en groupe par ordinateur ; en attendant d’acquérir plus de machines et de monter une salle informatique complète avec des postes en réseau et connecté via un modem à Internet. Pour le moment la connexion est réservée pour les recherches et la préparation des exposés. Le but s’est d’éviter les déplacements des enfants dans des cybers pour leurs travaux d’école. Tout se passe dans l’enceinte de l’établissement.

 

Aulycee : Quel est le rapport enseignants et élèves en terme d’effectifs ?

 

Blaina : Nous avons 513 élèves pour 35 enseignants, et pour chaque matière nous avons un enseignant. Les deux classes de 3ème sont les plus peuplées avec 130 élèves. Le ratio élèves- enseignants n’a pas d’impact sur les enseignements puisque nous avons des classes avec très peu d’élèves.

 

Aulycee : Quels sont vos actions pour promouvoir l’excellence ?

 

Blaina : Nous encourageons nos enseignants avec une distribution des primes de performance. Il y a des enseignants qui se démarquent par le travail abattu et qui sont dévoués aux élèves. Chaque trimestre nous désignons « un excellent professeur » qui a été discipliné, et qui a fait dans tous les sens du bon travail. Je ne peux pas donner des montants, mais il est toujours dit qu’il y a des avantages. Nous facilitons l’accès au Travaux Dirigés c'est-à-dire que le professeur met à la disposition de l’administration des fiches. Nous les multiplions pour chaque élève. Nous offrons des cours de remise à niveau dont toutes les dépenses sont supportées par l’administration.

 

levée des couleurs scout Sigmund Freud 2

Les scouts font la levée des couleurs au COSIF

 

Aulycee : Quels sont vos projets avenirs ?

 

Blaina : Le projet avenir c’est de créer une institution universitaire à coté du collège. Pour le moment nous n’avons pas encore de site, mais nous faisons nos recherches, et nous mettons les éléments en place progressivement et précisément dans la ville de Yaoundé. Je pense que c’est un rêve qui va se réaliser. Dans l’ordre d’enseignement, nous privilégions ceux qui ont fait leurs études chez nous. Ils sont diplômés de l’ENS, ils ont un Master et nous les recrutons parce qu’ils sont anciens élèves du COSIF.

 

Aulycee : Quelles sont les conférences organisées depuis le début de l’année au sein de votre collège?

 

Blaina : Ce sont les enseignants qui organisent et nous les accompagnons, parce que les journées portes ouvertes dépendent en majorité du programme annuel établi par le ministère. Ce sont les enseignants qui proposent et nous les soutenons dans ce sens. Nous avons eu des conférences lors de la Journée du Bilinguisme et puis de la Journée de la Philosophie. Lors de la Journée de la Femme 2014, les élèves ont tenu un débat dans le cadre de leur association.

 

Aulycee : Quelles sont vos collaborations avec les autres établissements ?

 

Blaina : Nous essayons de faire des échanges sur le plan culturel et sportif lors des journées portes ouvertes3. Nous répondons aux invitations et nous les invitons aussi. La collaboration est plus franche avec le lycée puisque nous sommes rattachés au lycée. Nous échangeons des épreuves mais ce n’est pas suffisant. Nous voulons organiser des évaluations harmonisées dans le secteur de Mendong, au moins une fois par trimestre et idéalement après chaque séquence.

 

Aulycee : Comment travaillez-vous avec les grandes écoles ?

 

Blaina : Elles viennent sur place pour causer et échanger avec les enfants. Nous avons des visites notamment de l’Institut Siantou, MATAMFEN, Polytechnique, ENS, et l’Université de Yaoundé I qui organisent au sein du collège des olympiades chaque année à travers leurs clubs physiques, et mathématiques, pour stimuler des compétitions entre nos élèves. Nous avons une très bonne relation avec les étudiants qui encadrent les élèves et reviennent les suivre par moments.

 

Aulycee : Quelles sont vos actions pour promouvoir les clubs ?

 

Blaina : Nous finançons le club journal qui produit un journal une fois par trimestre. L’administration finance l’impression du journal. Elle finance aussi les kermesses pendant lesquels les enfants expriment leurs différents talents. Nous offrons des primes aux élèves en plus des tableaux d’honneur à la fin de chaque trimestre.

 

Les enfants ont initié une « Journée de Dégustation », à partir de là, nous avons découvert des talents dans les classes, nous avons encouragé les meilleurs repas et ceux qui font du bon travail.

 

levée des couleurs scout Sigmund Freud

 

Aulycee : Quels sont vos pourcentages aux examens officiels 2013 ?

 

Blaina : Pour toutes les filières confondues nous avons eu au BEPC 75%, au Probatoire 40 % et au Baccalauréat 55%. Le résultat du collège était l’un des meilleurs au Bac et au BEPC. C’est le Probatoire qui a été décevant avec un taux de réussite assez bas.

 

Pour ce qui est de l’Enseignement Technique, nous offrons la formation normale selon le programme du ministère. Ainsi vous trouvez dans notre collège les filières suivantes : Electricité, Mécanique, Maçonnerie, Industrie Habillement, Economie Sociale et Familiale. Au delà des enseignements théoriques nos enseignants sortent régulièrement avec les élèves en entreprises notamment les élèves en Electricité. La majorité de nos enseignants sont dans des CETIC et des CETIF, et ils ont des relations à l’extérieur.

 

Lorsqu’un enseignant gagne un chantier quelque part, il essaie d’amener les enfants en groupe pour découvrir les aspects de la pratique. Ils y vont dans le cadre d’une programmation, c'est-à-dire aux heures de cours, ils sont en salle de classe, en salle d’atelier ou sur un chantier. Ils font des rapports régulièrement, que je lis et ce retour nous donne l’envie d’accentuer la formation.

 

Propos recueillis par Amelie Laure Kemouo

 

Mise à jour le Mardi, 25 Mars 2014 11:28
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 17